Le Picot

Accueil > Dossiers > LES SURNOMS > SURNOMS DU PASSÉ À NOS JOURS

SURNOMS DU PASSÉ À NOS JOURS

jeudi 14 juillet 2011, par Le Picot

Nez-de chat et Broute-caillé
Les rapports humains se satisfont peu des étiquettes officielles. A la naissance, chaque individu se voyait doté d’une série de prénoms, à la fois marque personnelle et indicatrice de l’appartenance à un clan. Le premier, en effet, était choisi parmi ceux que portaient les ancêtres (quelquefois même le père) et les deux suivants indiquaient qui étaient parrain et marraine, en tout cas dans certains milieux. Pourtant, au XXe siècle, il n’était pas rare que le prénom usuel fût distinct de la série de prénoms déposée à l’Etat-civil. Dans la région clamecycoise, comme ailleurs sans doute, la volonté de marquage allait encore plus loin et nombre d’individus devaient vivre avec un sobriquet plus ou moins élégant, plus ou moins accepté, mais toujours bien personnel.
Le Picot souhaite sauver cette mémoire, fragile puisque profondément individuelle et libertaire. Le sobriquet ne survit que par l’existence de son porteur ou de ses proches. Inconnu de l’Etat-civil, très rarement indiqué dans la rubrique nécrologique, il n’est quasiment jamais gravé sur la pierre tombale.

Voici donc une première série de surnoms, qui concerne des habitants de Moulot (commune de Clamecy) et d’Oisy. Ils ont été collectés par Lucette Girault, avec l’aide de la mémoire de Lucien Coquard, qui couvrait une très grande partie du XXe siècle. Ils ont pu quelquefois préciser l’élément qui a motivé la naissance du sobriquet. Nous sommes très intéressés par toute explication supplémentaire et bien sûr par le recueil de vos propres souvenirs, marques d’humanité railleuses, cruelles ou poétiques.


- Le remmancheur (Claude Godeau, rebouteux),
- Ficelle (prénom perdu Girault),
- Ravachol (du nom de l’anarchiste guillotiné en 1892 : Félicien Coquard, assez bagarreur, parti ensuite dans l’Avallonnais),
- Parisienne (une dame Milot, sage-femme non diplômée),
- Parisien (Edme Milot),
- Monsieur (Michel Godeau)
- Le Loup (Etienne Rollin, maçon, époux de Catherine Girault, décédée du choléra en 1850 et laissant 7 enfants) et (Clément Rollin, musicien-sabotier, fils du précédent ?),
- Ballendrot (Pierre Nicole, blatier c’est-à-dire revendeur de blé),
- Dodo (Louis Girault de Beaugy),
- Vérou (Jacques Bonnotte),
- Frisé (Claude Cordonnier),
- Chiglois (Jean Nicole),
- Poteau ou Cotillon (Constant Surugues : debout au bout de la cour, il attendait avec son grand tablier qu’on l’invite à boire une chopine),
- L’Oeillette (Lucien Millot, cultivateur-huilier ; l’oeillette est l’autre nom du Papaver somniferum, pavot à huile chez nous, cultivé jusque dans les années 50 et dont quelques pieds réapparaissent au hasard des travaux routiers, et pavot à opium en Orient),
- Suçot (Henri Mannevy, cultivateur),
- Cocol (Roger Nicole, cantonnier, affligé d’un bec de lièvre et excellent danseur),
- Cerciau (Dominique Surugues, qui avait le dos rond),
- Broute-caillé (Octave Girault, cultivateur-forgeron),
- La Kroumir (Augustine Louzon, dont le mari, pense-t-on, avait combattu en Kroumirie, partie de l’Afrique du nord à cheval sur l’Algérie et la Tunisie),
- Goyette (Emile Julien Godeau, employé de commerce à Paris retiré à Moulot : goyette est le nom donné localement aux petits escargots colorés, blancs, jaunes, ou spiralés de sombre, escargots des haies ou des jardins des scientifiques),
- Lariscade (Alphonse Godeau, cultivateur),
- Chou’eux (Clément Girault, cultivateur),
- Bois-dru (Gabriel Millot),
- Polyte-Joie (Hippolyte Girault, qui chantait tout le temps),
- Piviot (Emile Pétot),
- La Puce-qui-renifle (Berthe Bobin, cafetière),
- Nez-de-Chat (Jean Rerotret, ouvrier agricole, qui avait le nez écrasé),
- Poé-blanc (Louis Legrand, ouvrier agricole, très blond),
- La Poué (Lucien Poirier, ouvrier agricole),
- Navou (Louis Naveaux),
- Le Prince (Henri Philippe, accompagnait la batteuse),
- Le Siam (Eugène Pautrat, sabotier, père des trois suivants)
- Pou-de Cane (Pierre dit Marcel Pautrat),
- Merde-de-Poule (René Pautrat, jardinier puis cantonnier),
- Gourdasse (Louis Pautrat, cultivateur puis ouvrier d’usine),
- La Doune (Jean Pautrat, chef de rayon à Carrefour, fils de Louis),
- Le Briscard (Dominique Coquard, cultivateur, habitait au moulin de Moulot, il avait deux bonnes qu’il emmenait avec lui à la chasse... pour rabattre le gibier. Il distillait en cachette et jetait le résidu dans le bief du moulin, ni vu ni senti ! Il avait aussi l’habitude de couper la queue des chats. Un jour de battage, on retira, dit-on une queue de chat de la soupière !),
- Grain-de-Sel (Lucien Coquard, cultivateur, dont on considérait qu’il se mêlait un peu trop des affaires d’autrui),
- Gigorle (Un sieur Picq d’Oisy),
- Grand-Col (Laurent Picq d’Oisy),
- Bombance (un dénommé Vistel d’Oisy),
- Boisat (Edme Amboise Coquard, laboureur),
- Bois-Blanc (Marcelin dit Alexandre Girault, cultivateur, a exploité la ferme de Bois Blanc dans l’Yonne),
- Pommadin (Paul van ?, ouvrier agricole belge, qui avait les cheveux gominés).
N.B. On trouve Milot ou Millot selon celui qui écrit. De même, Godeau est parfois écrit Godiau, à cause de la prononciation : autrefois, le E était prononcé " i " : " de l’iau, un siau ", pour " de l’eau, un seau ".

Continuons la liste

Si quelqu’un a des précisions à donner sur un surnom ou veut en ajouter un autre à la liste, qu’il n’hésite pas.
- Cator (flotteur)
- Sans-façon (flotteur)
- Barbe-blanche (flotteur)
- Bouc-blanc (Guillemot à Clamecy)
- Fantasque (flotteur)
- Chien vert (Un gardien à Progil, Clamecy)
- La Flotte (flotteur)
- Ver de vase (Il aurait échappé aux Allemands pendant l’occupation en se jetant dans le Beuvron, et serait resté caché un bon moment en respirant avec un roseau, d’où le surnom)
- Frappe d’abord (flotteur)
- Fredaine (flotteur)
- Frisade (flotteur)
- La botte (flotteur)
- Petite taille mais grande allure (Beillant)
- Le matou (Mangeait du chat selon la rumeur, habitant de Beillant)
- Bas de ligne (Habitant de Clamecy de petite taille)
- La baleine (était éclusière sur le canal du Nivernais)
- Jambes de laine (la rumeur dit qu’il buvait un peu)
- Le vieux goué (flotteur)
- Képi (flotteur)
- La cougnée (flotteur)
- La carpe (flotteur)
- Grande beuche (flotteur)
- Raqueton ("gamin" qui jouait les "grands")